"Un humour déjanté qui fera sourire les plus rétifs."

"Un humour déjanté qui fera sourire les plus rétifs."

La Croix, 21 janvier 2016

En assumant avec humour l’outrance de son propos, la journaliste italienne Costanza Miriano parvient à rendre sympathique, dans deux livres à succès, sa vision très traditionnelle du couple et du mariage.

Costanza Miriano : une anti-théorie du genre

En refermant les livres de Costanza Miriano, vient à l’esprit la célèbre réplique de Bernard Blier : « Faut reconnaître… c’est du brutal ! » Avant même de les ouvrir d’ailleurs, le ton est donné par les titres (empruntés à saint Paul) et les couvertures choisies par les éditions Le Centurion : rose bonbon pour Marie-toi et sois soumise, destiné aux femmes, et bleu marine pour Épouse-la et meurs pour elle, destiné aux hommes.

Dans le couple et en famille, chacun son rôle, chacun sa place. Cette journaliste de télévision italienne, catholique et mère de quatre enfants, assume l’objectif qu’elle s’est fixé : prendre à contre-pied le fonctionnement moderne du couple. Exit le combat pour l’égalité salariale, place à un plaidoyer pour le retour de la femme au foyer : « Je suis convaincue que notre système économique (…) contraint de nombreuses femmes à travailler – elles qui seraient volontiers restées à la maison ne serait-ce que le temps d’une infime partie de l’enfance de leurs petits », affirme celle qui a toutefois conservé une activité professionnelle. Même esprit sur la question du partage des tâches : « À une certaine époque, chacun jouait son rôle et les occasions quotidiennes de frottements n’étaient peut-être pas aussi nombreuses. »

Costanza Miriano use, au service de ce message radical, d’un humour déjanté qui fera sourire les plus rétifs. Comparaisons loufoques et anecdotes de vie familiale côtoient des citations de papes. Cependant, le propos a tendance à se répéter, et le message très à contre-courant a de quoi déplaire à nombre de lecteurs – et lectrices ! Y compris parmi les catholiques qui ne partagent pas tous, loin de là, cette vision de la femme. Ce n’est pas un hasard si ces livres se sont attiré les foudres des féministes lors de leur sortie en Espagne, en 2013, où la ministre de la santé elle-même a demandé – sans succès – leur interdiction. En France, une pétition en ce sens circule depuis quelques semaines et a recueilli plus de 23 000 signatures…

Reste que ces livres sont des best-sellers en Italie (plus de 150 000 exemplaires vendus), où des paroisses les conseillent aux jeunes couples pour la préparation au mariage. En France, plus de 6 000 exemplaires ont déjà été vendus depuis novembre, selon Le Centurion. Illustration du fossé grandissant entre une vision « moderne » de la famille et celle, plus traditionnelle, encore chère aux yeux de certains catholiques…

 

Article de Gauthier Vaillant paru dans La Croix

Revue de presse

FC le 06.05.2019

 « C'est en pointant leurs doigts potelés sur les imagiers que les enfants apprennent à nommer les mille et une choses que contient le vaste monde. 

L'Homme Nouveau, 10 septembre 2016
"Le féminisme a connu ses heures de gloire mais Gabrielle Cluzel lui prédit une fin toute proche."
Zélie n°12, septembre 2016
Zélie vous recommande le discours d'Ozanam, "Des devoirs littéraires des chrétiens" !
 
Contrepoints, 3 juillet 2016
"Sous prétexte de libération des femmes, le féminisme a nié la féminité."
Le Figaro Magazine, 13-14 mai 2016
"Adieu Simone !", "Une femme contre le féminisme"
L'Homme Nouveau, 29 juin 2016
Éloge appuyé du livre "Épouse-la et meurs pour elle" !
 
Zélie, mai 2016
Belle recension de l'essai "Adieu Simone !" dans Zélie
"Ce soir (ou jamais !)", France 2,11 mars 2016
L'une des co-auteurs de "Nos limites" s'exprime sur les progrès de l'intelligence artificielle.
La Vie, 8 février 2016
La Vie fait entendre son point de vue sur les deux best-sellers de Costanza Miriano !